Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 01:05

  3 PatanMuseum (10)

Certaines écoles bouddhistes considèrent que Shakyamuni, le Bouddha que nous connaissons, est le 28e d’une logue lignée de Bouddha. Le quatrième de cette lignée s’appelle Dipankara. C’est lui qui est représenté dans cette superbe statue polychrome du XVIIe ou XVIIIe siècle.

Tout comme Shakyamuni, c’est un prince qui a vocation d’ascète et finit par trouver l’éveil à l’ombre d’un arbre. Son nom signifie "celui qui apporte la lumière".

S’il a été un peu oublié ailleurs, Dipankara est resté très populaire au Népal,ainsi qu’au Sri Lanka et en Asie du Sud-Est. C'est le protecteur des voyageurs. Au Népal, il est aussi le patron des marchands et se trouve au centre de fêtes importantes de la culture Néwar dans la vallée de Katmandou, comme Samyak ou Pancadan. À l’occasion de ces fêtes, des aumônes sont offertes aux monastères. Dipankara, souvent représenté faisant le geste du don, est associé à la charité.

 

3 PatanMuseum (12)

Cette statue tibétaine du XVIIe siècle représente Padmasambhava, un maître bouddhiste du VIIIe siècle considéré comme le fondateur du bouddhisme tantrique himalayen. Au Bhoutan et au Tibet actuels, où les membres de l'école Nyingma le considèrent comme le second Bouddha, il est connu sous le nom de Guru Rinpoché, ce qui signifie "précieux maître".

Le mot "Padmasambhava" signifie "né du lotus" en sanskrit. Cela renvoie à la légende selon laquelle il serait apparu sur terre dans une fleur de lotus sous la forme d’un enfant de 8 ans.

Selon la tradition, il s’est rendu au Tibet pour y introduire les enseignements bouddhistes. À ce sujet, Trungpa Rinpoché raconte dans l’un de ses livre que dans ce pays considéré comme passablement barbare à l’époque, sa première tâche a été de combattre ce qui lui est apparu comme le summum de la superstition naïve et de l’illusion obscurantiste : la croyance en un moi séparé et en une autorité supérieure appelée Dieu.

 

3 PatanMuseum (13)

Dans le bouddhisme, un bodhisattva est une personne qui a fait le vœu de suivre le chemin indiqué par Bouddha, a pris le refuge auprès des trois joyaux (Bouddha, dharma et sangha) et respecte strictement les disciplines destinées aux bodhisattvas. Son but est d’aider les autres êtres sensibles à s'éveiller tout en progressant lui-même vers son propre éveil. Certains vulgarisateurs du bouddhisme répandent volontiers l’idée que les bodhisattvas renonceraient à leur propre libération pour œuvrer à celle des autres. Les deux bodhisattvas les plus vénérés sont Avalokiteshvara et Manjushri. Cette statue népalaise du XVIe ou XVIIe siècle représente Avalokiteshvara, le bodhisattva de la compassion.

Selon l’étymologie la plus communément admise, le nom "Avalokiteshvara" signifie littéralement "seigneur qui observe", mais pour certains, ce mot  serait composé de "avalokita" ("celui qui perçoit") et de "svara" (son), auquel cas il signifierait "celui qui perçoit les sons du monde". Avalokiteshvara est également appelé Padmapani Lokeshvara, ce qui signifie littéralement "le porteur de lotus, seigneur des mondes" (c’est-à-dire des six mondes de l’illusion).

Dans l’imaginaire indien et himalayen, c’est une figure compassionnelle qui se présente pour aider toute personne en difficulté. Il entend quiconque prononce son nom et répond aux appels de détresse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Philippe - dans Le musée de Patan
commenter cet article

commentaires